Les 20km de Paris – une performance inattendue

15 Oct

Le 16 décembre restera une date importante pour moi car c’est celle où je suis passé pour la première fois sur une table d’opération. 3j après, je quittais la clinique en passant dans le bureau de mon chirurgien, je me souviens encore de ce qu’il m’a dit : la rééducation prendra du temps mais par expérience, pas d’inquiétude, tu pourras recommencer à courir.

Il a fallu en effet de longs mois de rééducation avant de pouvoir enfiler de nouveau mes chaussures de running, chose qui a été faite début juin. A partir de ce moment, dans mon esprit, il n’y avait pas d’autres attentes que celle de courir sans douleur, le chronomètre paraissait bien futile.

Pourtant, l’appétit vient en mangeant comme dit l’expression et début septembre, à l’occasion du 10km de Marseille, j’ai pu constater que la forme était revenue plus vite que je l’espérais, une impression confirmée deux semaines plus tard du côté du parc de Montsouris avec un 6km vallonné couru à près de 17km/h.

Et avant mon seul et unique objectif de l’année 2014, les Foulées de la Mue le 16 novembre, Mizuno m’a gentiment proposé de participer aux 20km de Paris. 20km, une distance déjà peu habituelle pour moi en temps normal mais qui m’est totalement étrangère depuis 2 ans. J’avais malgré tout décidé de répondre positivement à cette proposition et de me mesurer à cette course parisienne mythique et de renommée internationale.

Pour me préparer, une seule sortie de 16km une semaine avant et un footing mercredi, rien de bien impressionnant car je n’ai pas encore recommencé à m’entraîner régulièrement.

Cependant, c’est avec une grande confiance que j’ai enfilé dimanche matin mon dossard. Confiance en ma forme du moment, inespérement bonne et confiance car de recommencer à courir sans douleur est déjà un plaisir en soi.

Le plaisir a également été renforcé en revoyant des personnes qui m’accompagnaient précédemment sur les lignes de départ, de Philippe à Pierre en passant par Adrien, Baptiste, Salvio et bien d’autres.

Nous étions d’ailleurs tous dans le même SAS au départ et nos encouragements réciproques au départ ont d’ailleurs contribué à cette confiance. Pas de doutes, cette matinée allait être belle. Quand le coup de pistolet a été donné, mon objectif était de passer sous la barrière des 1h20, chose largement atteignable mais pas sûre non plus compte tenu des circonstances. Dans un petit coin de ma tête, cependant, j’espérais me rapprocher des 1h18.

10661709_912983112063365_6340916880429190855_o

Dès le départ, et avec une foule impressionnante autour de nous, je me suis élancé pour 500 premiers mètres en côte, une belle mise en bouche. J’ai dû me déporter un peu sur la droite en essayant de trouver dès le départ mon propre rythme sans me préoccuper des autres concurrents. En basculant dans une première portion descendante, j’avais déjà une position me permettant de ne pas me gêner avec d’autres coureurs. Le 1er km bouclé en près de 3mn20, temps prononcé par mon voisin, je me suis dit que je partais pour une course rapide et donc compliquée. Et en effet, les 5 premiers kilomètres ont été rapides, voire trop car je me suis dit en évoluant que je n’allais pas tenir comme cela 20km. Mais emporté par les autres et l’adrénaline de la course, cette voix dans ma tête ne m’a pas beaucoup influencé. J’ai eu le plaisir d’entendre mon coach Mizuno, Benoit, se porter à ma hauteur en m’encourageant, ce sont toujours des moments appréciés.

Au 5ème km, du côté de Longchamp, l’arche indiquait 18mn06, une allure qui m’a conforté dans l’idée que j’étais parti vite mais aussi que mes jambes tenaient bien le choc.

En remontant vers Paris, j’ai continué sur le même rythme sans me préoccuper des groupes qui me rattrapaient ou de ceux que je rattrapais, l’important était de progresser à ma propre allure. Salué par Jean Christophe, j’ai donc essayé de ne pas me crisper malgré la pluie fine qui s’abattait. Au 10ème km, je suis passé en 36mn47 soit presque le même temps que mon 10km à Marseille, un temps déjà inespéré surtout que j’en avais encore sous les chaussures. A ce moment là, j’avais été rattrapé par un coureur avec qui j’avais couru à Montsouris puis longuement discuté par la suite. Cette personne fort sympathique restera toute la fin de course ou avec moi ou légèrement devant moi en m’encourageant constamment. Oui le running est un sport de partage.

1782331_912992662062410_3825252561950204864_o

C’est justement entre le 10ème et le 15ème km, sur le long passage sur les quais allant de Boulogne au Louvre que la lassitude est réellement apparue, j’ai senti que le manque d’entraînement se faisait ressentir. Heureusement, j’ai eu de nouveau quelques encouragements de Pierre Marc et de Carine ce qui m’a un peu reboosté. Et le mental que j’ai et qui sans prétention est une de mes qualités m’a aussi permis de m’accrocher. Je suis passé sous l’arche des 15km en 55mn46 soit 5 derniers kilomètres bouclés en 19mn10, beaucoup plus lentement que les précédents. Cependant, à ce moment là en calculant rapidement, je me suis dit qu’il était impossible que je fasse plus d’1h15, un temps totalement inespéré et inattendu. Je me suis donc accroché en essayant de conserver mon rythme sans accélèrer brutalement, juste en attendant le dernier km pour tout donner. Et même lors de ce dernier km, je n’ai pas pu accélérer davantage. C’est juste à 300m de l’arrivée, en apercevant le chrono qui affichait 1h14mn05 que je me suis dit : donne tout, tu peux pas dépasser 1h15mn. Et à l’arrivée, un temps de 1h14mn45s s’affichait, rabaissé à 1h14mn36s au réel, soit presque le même pronostic fait par Philippe sur mon statut Facebook.

1622350_912997472061929_167927228031816113_o-2

A ce moment là, le sentiment a été une grande satisfaction d’avoir retrouvé un aussi bon niveau aussi vite. J’ai encore une bonne marge de progression qui me laisse envisager l’avenir avec sérénité. Et surtout bien chaussé avec les Wave Sayonara de Mizuno, des bêtes de compétition, je me suis senti voler avec elles. Maintenant, place au repos et à la préparation d’un autre événement qui s’annonce énorme, la DEFI RUN Paris à Vincennes dimanche prochain

Capture d’écran 2014-10-13 à 18.37.59

Publicités

3 Réponses to “Les 20km de Paris – une performance inattendue”

  1. trainingforboston octobre 16, 2014 à 2:02 #

    C’est fort comme chrono. Mes félicitations! Et on peut dire que la douleur est de l’histoire ancienne.

  2. Jérôme octobre 16, 2014 à 1:27 #

    Joli récit, et joli temps !

  3. Sandrine octobre 28, 2014 à 3:33 #

    Reprendre des footing à des allures qui me semblent tout simplement impossibles (même en compet !) si peu de temps après ton opération, ça me semble complètement impressionnant !! Et courir ces 20km en moins de 1h15 alors que tu n’as fait aucun entraînement spécifique…je confirme, c’est vraiment impressionnant ! et ça laisse présager de beaux chronos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :