La grande aventure du semi-marathon

5 Mar

En ce dimanche 4 mars, je m’apprête à disputer une nouvelle course pour moi mais également une nouvelle distance. En effet, j’ai rendez-vous devant le château de Vincennes pour disputer le Semi-Marathon International de Paris. 21,1 kms à travers le bois de Vincennes et l’Est parisien et surtout un nouveau record de distance en compétition battu. A moins que cela ne soit le record de distance parcourue tout court. Car dans mes souvenirs, je n’ai jamais fait plus de 20Km, même à l’entraînement.

C’est donc un saut dans l’inconnu cette compétition, mon seul point de repère étant un solide 15 bornes effectué à Charenton il y a 3 semaines conclu en 55mn45 en ayant le sentiment d’avoir des réserves.

Le rendez-vous est pris avec Victor à 8h à la station Jaurès. Nous retrouvons déjà dans le métro d’autres coureurs en tenue, ce qui indique d’ores et déjà que nous allons être nombreux. Et effectivement, c’est une foule impressionnante qui se dresse devant nous à notre arrivée. Nous déposons nos affaires et retrouvons Philippe, Greg et Salvio, trois des maîtres de la Runnosphère. Ce sont toujours des moments agréables lorsque l’on partage sa joie de participer à un tel événement avec des gens possédant le même enthousiasme.

Après une discussion sur l’état du jour et autres, je décide de partir m’échauffer pour me rassurer. En effet, depuis une semaine, je traîne une douleur au mollet droit et ce matin en me levant, cette gêne s’est accentuée. Mais dès la mise en route, je me rends compte que je suis capable de passer outre donc je me tiens à mes 10mns habituelles qui me permettent de me mettre dans le bain et d’évacuer un stress toujours tenace. Une fois revenu aux côtés de mes compères, nous prenons une photo et nous dirigeons chacun vers nos sas de départ.

Le mien est le deuxième dans la hiérarchie de course, à savoir moins de 1h25 . C’est le temps maximal que je compte faire donc ce sas est parfait. Les minutes précédents le départ sont toujours très longues et ma seule hâte fut que le départ soit donné le plus vite possible.

Au coup de pistolet, les premiers s’élancent à un rythme effréné. Je sais que je ne les reverrai jamais mais je me concentre sur mon propre départ, qui a lieu une quinzaine de secondes après. Surtout que dès le début, c’est le grand n’importe quoi. Les coureurs se poussent entre eux pour se frayer un chemin, ça crie dans tous les sens et il faut rester bien concentré pour éviter la chute. Le rythme est vraiment endiablé dès le début, si bien qu’après 2Kms, je me demande si je ne suis pas parti trop vite. Mon schéma de course est limpide, je dois me baser sur ce que j’ai fait aux foulées de Charenton, à savoir ne pas se mettre dans le rouge et prendre un tempo régulier. C’est chose faite après le troisième kilomètre et ça durera toute la course. La traversée du bois de Vincennes, longue de 6km est un peu ennuyeuse surtout que la foule au bord de la route n’est pas nombreuse. Le panneau « Paris » sonne un peu comme une libération pour moi et je prends conscience que je participe au semi marathon de Paris.

Etrangement ou non, je fais preuve de beaucoup de sérénité à mesure que les kilomètres avancent. Dans la côte de la rue Taine au 7ème kilomètre, je me sens aérien et je l’avale sans forcer à bonne allure. Cela continue comme ça jusqu’à l’arche du 10ème où je passe en 37mn47. Sachant que je cours sans montre, c’est avec bonheur que je découvre ce temps, très bon surtout vu mon état de fraicheur. Je décide donc de maintenir ma vitesse jusqu’au 15ème tout en profitant de l’ambiance très festive au bord de la route avec beaucoup de monde, des applaudissements et animations musicales.

Au 15ème, je passe en 56mn56, soit 1 minute de plus qu’à Charenton. Là, ma motivation s’accentue et je calcule tout en courant mon temps prévisionnel à l’arrivée. Descendre sous les 1h20 apparaît comme tout à fait jouable et cette perspective me redonne des forces. Toutefois, mes jambes n’en pensent pas autant. Je commence réellement au 16ème kilo à sentir la fatigue musculaire qui s’explique par le fait que je n’ai que rarement couru plus de 20Km même à l’entraînement. Cela se joue au mental à partir de ce moment et aussi un peu de fierté car j’ai annoncé à mes collègues de la runnosphère et de Sportlabgroup mon ambition de casser la barrière des 1h20. Je m’accroche jusqu’à la flamme rouge et à partir de ce moment, à proximité du Zoo de Vincennes, je lâche tout.

Dans la longue ligne droite menant à l’arrivée, je donne tout ce qui me reste, en dépassant de nombreux coureurs et quand j’aperçois le chrono officiel à 100m de l’arrivée, il indique 1h20mn02. J’en remets une couche en me disant que le chrono réel me fera baisser ce temps et je franchis la ligne en 1h20mn15s. Je m’écroule de fatigue car l’effort a été long et violent mais aussi de bonheur d’avoir rempli mon pari et osé tenter ces 21,1Km.

Je reprends mes esprits et croise Christophe, un des organisateurs de cette course qui me félicite et attend les arrivées des autres. Je rentre aux consignes difficilement avec Salvio et rejoins Philippe. Ils ont eux aussi atteint leurs objectifs, de même que Greg et Victor.

Au final, en découvrant mon classement, je découvre que je termine 205è en 1H20mn14 à plus de 15,8km/h de moyenne. Pas en dessous des 1h20 mais quand même une grande satisfaction pour cette première et beaucoup d’expérience engrangée. Prochain rendez-vous, le 10km de la Normandiale, près de Caen dimanche prochain avec là aussi de grandes ambitions. Mais aurais-je récupérer de cette course magique?

Publicités

12 Réponses to “La grande aventure du semi-marathon”

  1. Greg Runner mars 6, 2012 à 9:52 #

    Un grand bravo pour cette première!
    J’ai été ravi de te retrouver au départ et à l’arrivée de cette course.
    Pour ton second semi, tu détruiras largement cette barrière des 1h20, j’en suis sûr!
    Bonne récup’ et bon courage pour ton prochain 10km!

    • florentpol mars 6, 2012 à 1:47 #

      Merci Greg, c’était aussi un plaisir de te croiser. C’est aussi en vous lisant régulièrement, toi, Philippe, Salvio et les autres que cette passion de la course à pied augmente encore davantage.
      J’espère aussi descendre sous cette barrière la prochaine fois mais en attendant, c’est la barrière des 35mn sur 10km que je veux casser le plus vite possible, peut être dès dimanche. 🙂

  2. jecoursparis mars 6, 2012 à 11:23 #

    Bravo pour ta superbe course et merci pour ton billet. Maintenant j’attend de lire ton billet d’une marathon couru largement en moins de 3h 🙂

    • florentpol mars 6, 2012 à 1:48 #

      Merci Salvio, je te retourne ces félicitations car tu les mérites aussi amplement. Le marathon, on attendra encore un peu, je préfére rester sur des distances plus courtes et performer un max. 😉

  3. doune mars 6, 2012 à 1:30 #

    c’est ce que l’on appelle courir pas plus vite qu’à fond !

    Toi qui ne voulait pas te lancer sur des distances trop longues par rapport à tes objectifs sur 10km, tu viens de mettre le pied à l’étrier 😀

    • florentpol mars 6, 2012 à 1:49 #

      Oui, c’est pour ça que je ne passerai pas au dessus de 21km. Mais c’était vraiment un bel événement et je tenais à être présent. 🙂

  4. frogita mars 6, 2012 à 3:24 #

    oh ben mazeltov….

  5. Philippe mars 6, 2012 à 5:52 #

    Un coup d’essai qui se transforme en coup de maitre ! J’adore la photo d’après l’arrivée 😉

    • florentpol mars 6, 2012 à 5:58 #

      Oui j’ai tout donné donc il m’a fallu quelques minutes pour récupérer. Merci bravo à toi aussi. 🙂

  6. Sandrunning mars 7, 2012 à 10:22 #

    Whaou!! Impressionnant Florent !! Ton 1er semi et te voilà déjà parmi les meilleurs des meilleurs à courir 21.1km à presque 16 km/h !! Pas de montre pour vérifier l’allure, juste tes jambes et ta tête pour faire tout le boulot et quel boulot !!!
    BRAVO !!!!

  7. Giron-michel mars 7, 2012 à 10:07 #

    Félicitations pour ce beau Run et vraiment impressionnant si en plus tu n’es pas habitué à ces distances !!! y a plus qu’à prendre exemple .. encore bravo

Trackbacks/Pingbacks

  1. Semi marathon de Paris 2012 une sacré défi » Je Cours Paris - mars 7, 2012

    […] arrivons avant le Chateau de Vincennes et nous y retrouvons Florent , Victor, Laurent; les autre de la runnosphere arriveront l’une apres les autre: Sandrine, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :